Je continue de cuisiner depuis les attentats. C'est une activité qui semble m'apaiser. Je continue de vivre... Enfin... comme vous, j'ai le cœur en miettes.

Le lendemain matin des attentats, mon petit garçon de bientôt 4 ans s'est réveillé comme tous les matins tout guilleret. Il m'a demandé de regarder Oui Oui. Je commencais déjà à me poster devant BFM pour essayer de comprendre ce qu'il venait de se passer... l'immense horreur, l'immense malheur de cette nuit-là, je ne pouvais pas y croire... Je voulais écouter et aperçevoir quelques images... Mon fils n'a pas compris quand je lui ai dit qu'il y avait beaucoup de morts et de blessés à Paris, il m'a juste répondu qu'il voulait regarder Oui Oui. J'ai préféré alors le préserver de tout cela pour l'instant. Les images qu'il a vu semblaient être pour lui comme des images de fiction.

Hier soir, il a aimé la tour Eiffel en bleu-blanc-rouge. Il m'a dit qu'elle était noir aussi, tout en haut. Son papa lui a dit que c'était parce qu'elle était triste. « Mais pourquoi ? » lui demande t-il alors. « C'est parce qu'il y a eu beaucoup de morts dans Paris. » répond son père. « Oh, mais il faut lui faire un câlin à la Tour-Eiffel ! ».

Carte de vintage de Paris Tour Eiffel, rose d aquarelle

Nous n'oublierons pas. J'aime la solidarité que nous sommes capables de créer dans ces moments difficiles. Cela me donne de l'espoir, une foi en l'humain malgré tout.

Aujourd'hui, comme nous tous, mon cœur a très mal. Ce Noël ne sera pas comme les autres. Je pense aux familles des victimes, aux dégâts psychiques que ces attentats auront causés à tant de monde.

Je ne sais pas dans quel avenir nous avançons mais,

Continuons de vivre le mieux que nous pouvons mes amis.